La force du paradoxe : subir ou s’en servir ?

Interview-rfi
Interview RFI des auteurs de « la force du paradoxe. En faire une stratégie ? »

Aujourd’hui j’ai envie de vous partager une excellente interview, où l’on découvre que le paradoxe est le moteur qui permet d’avancer en terrain inconnu. Il faut pour cela sortir de l’emprise des idées reçues : nos représentations anciennes, notre ego, nos peurs font comme un « disque rayé » mental qui nous empêche de percevoir la globalité du monde. Grâce au questionnement, on peut changer notre regard, accéder à une nouvelle représentation et trouver des solutions inédites.  Le paradoxe recèle des pépites pour gérer les situations complexes !

Qu’est-ce qu’un paradoxe ?

C’est une situation où plusieurs éléments semblent contradictoires, voire incompatibles. Des exemples : une équipe autrefois très soudée implose d’un seul coup, une personne hyper préparée échoue, une personne désarmée gagne une bataille, des idéaux de liberté donnent naissance à des dictatures…

A l’occasion de la parution de l’ouvrage « la force du paradoxe. En faire une stratégie ? », rfi a interviewé les auteurs Pierre Fayard et Eric Blondeau, Elena Lasida chercheur en économie solidaire, et le physicien Etienne Klein. Ecoutez l’interview en cliquant sur l’image ci-dessus.

Comment naît un paradoxe ?

Elargir son regard, pour détecter les forces en présence.
Pour sortir du paradoxe, il faut élargir son regard, et détecter les forces en présence.

Pour pouvoir vivre dans le monde, on se construit une histoire à partir des bribes d’informations que l’on perçoit. C’est non seulement aidant, mais aussi limitant surtout lorsqu’on navigue dans de l’inconnu et du complexe. En terrain inconnu, on adopte une attitude paradoxale en continuant de faire « comme d’habitude » alors qu’on devrait être ouvert à un comportement nouveau.

Dans l’interview un exemple m’a frappé : un négociateur arrive avec une armée d’avocats et de juristes, des piles de documents. Cela donne beaucoup d’informations à celui qui est en face !! Il affiche toutes ses incertitudes, ses peurs, ses perceptions… Les personnes qui arrivent avec rien, sans dossiers ni documents… montrent leur force !!

 


 

Alors que faire lorsqu’on subit un paradoxe ? Se servir de la puissance du questionnement !

Il n'y a plus 2 adversaires, mais une harmonie à trouver entre deux jeux.
Le paradoxe en Aïkido : ce n’est pas le plus fort qui gagne, mais celui qui utilise le mieux les forces en présence

Que se passe-t-il quand je suis bloquée face à un paradoxe ? « Attention tu es coupée du monde, il faut s’oublier un peu et voir plus large » nous répondent les auteurs. Pour en sortir, il faut un questionnement simple, qui déplace le regard sur une situation. Cela amène de l’ouverture, et change mon comportement et celui de l’autre.

C’est très efficace dans les domaines où la complexité règne : la recherche scientifique, les interactions humaines …

Avec le questionnement, nous pouvons mieux accepter le monde, qui est complexe et dont nous ne sommes qu’une partie. « Nous sortons de nos préjugés, nous cessons de vouloir faire rentrer notre perception du monde dans une grille connue qui nous rassure. »

« Si j’avais une heure pour résoudre un problème, je passerai 55 minutes à me poser des questions et 5 minutes à y répondre. » Einstein

Et vous, que faites-vous face à un paradoxe ?

Une pensée sur “La force du paradoxe : subir ou s’en servir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *