La vie en mode « succès ou échec »

« Gagner ou perdre » et rien d’autre ! C’est ce qu’on appelle la logique binaire. Ça nous enferme. Ça nous aveugle. Ça nous fait voir une seule partie des choses, et rien d’autre. Comme le Snoopy allongé sur sa niche :

« Peu importe de gagner ou de perdre. Sauf quand on perd. » (on est bien avancé 😉 )

Alors la vie devient comme un jeu de poker.
Alors la vie devient comme un jeu de poker.

Avec cette logique, la vie devient un jeu de poker !! C’est ce que Paul Watzlawick nous explique dans son petit livre Comment réussir à échouer  -voir l’article précédent. Des exemples ? Dans le travail, on ne voit plus d’autre solution que « réussir ou échouer », voire « écraser ou s’écraser » : par exemple, pour réaliser ses missions, se faire entendre de son chef, obtenir un projet intéressant, obtenir une promotion, conclure un marché.
Ou quand la logique du business devient « manger ou se faire manger ». Ou bien en famille, ou même dans le couple on alterne entre : « soit j’ai raison, soit j’ai tort ». Le problème de la logique binaire, c’est que ce fonctionnement ne donne pas de porte de sortie (Aïe !).

Car qui aime avoir tort ? Parfois ça dérape même progressivement en « pour que j’ai raison, il faut nécessairement que l’autre ait tort ». Et alors la vie devient une bataille permanente, où l’on guette et l’on scrute. Le monde devient hostile à la réalisation de mes projets et les autres se transforment tout doucement en obstacles déshumanisés. Ce qui est ennuyeux, c’est que ça n’apporte pas beaucoup de légèreté, ni de confiance, ni de joie 🙁 Paul Watzlawick résume ce mode de pensée : « Si je gagne, tu perds. Et si je perds, alors c’est toi qui as gagné ». On appelle ça un jeu à somme nulle. (En bref pour les pressés : la zizanie assurée)

La porte de sortie, c’est de changer de logique ! Paul Watzlawick était psychothérapeute, théoricien de la communication, et fut une des grandes figures de l’approche systémique de l’école de Palo Alto. Il évoque cet épisode lors de la grande guerre de 14-18 :

Le film Joyeux Noël réalisé par Christian CARION en 2005 raconte cette trêve.
Le film Joyeux Noël réalisé par Christian CARION en 2005 raconte une trêve similaire.

pendant plusieurs semaines, une chose incroyable va se produire. L’histoire se passe en Flandre. Les tranchées des 2 camps sont si proches, à peine 100 mètres. Tellement proches que des deux côtés parviennent des bruits, des odeurs… petit à petit la vie de ceux d’en face devient familière. Et voilà que les soldats des 2 camps observent … une trêve !! Oui ! Au lieu de se décimer réciproquement, ce qu’ils auraient pu faire aisément à coups de grenades à main, les soldats se laissent mutuellement le droit de vivre !! Ils étaient devenus tellement proches, qu’ils avaient avaient transformé la logique de « tuer OU se faire tuer » en « vivre ET laisser vivre » ! Et même lorsque l’État Major britannique somme l’ordre de tirer sous peine d’exécution, les soldats tirent, mais en l’air !! En évitant soigneusement ceux d’en face, qui reconnaissants firent de même !!

J’aime laisser germer cette autre logique, faite de bienveillance et d’humanité.  Et essayer d’appliquer cette logique du « ET » dans ma vie. Ce sera l’objet d’un article – ET/OU plusieurs … 😉

Synchronicité : je travaillais à cet article, et voilà que je reçois la newsletter de Didier Martz, de www.cyberphilo.org, un philosophe rémois, qui raconte une expérience similaire !! Comment sortir de la logique déshumanisée « tuer ou mourir » pour aller vers quelque chose d’autre grâce à un geste anodin : je vous laisse découvrir ici !!

Et vous ? C’était comment la dernière fois où vous êtes sorti(e) de la logique « succès OU échec » pour aller vers la logique « ET » ? Laissez moi un petit commentaire juste en dessous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *